Si les questions au Président avaient été pertinentes, aurait-il convaincu ?


REUTERS/Patrick Kovarik

Lors du « En direct avec les Français » du 6 novembre, François Hollande réalise une bonne audience mais ne convainc pas (selon un sondage Odoxa mené pour i-Télé et Le Parisien, près de huit Français sur dix qui ont vu l’émission ou en ont entendu parler n’ont pas été convaincus par le président de la République)

« Rien de nouveau, rien d’intéressant, hautain, distant… » si certains jugent le programme du Président ou l’homme, ne devrions-nous pas davantage nous concentrer sur la qualité des questions qui lui ont été posées.

Sur 123 interventions additionnées des journalistes Gilles Bouleau, Thierry Demezière et Yves Calvi :
– Seulement 10 % de questions ouvertes.
– 45 % d’affirmations.
– 45 % de questions fermées.

Les questions étaient bien plus inintéressantes que les réponses du Président. Exemples :
« Depuis 2 ans ½ vous êtes critiqué, est-ce que ça vous touche ? » Thierry Demezière
« Vous redoutez un 21 avril en 2017 ? » Gilles Bouleau
« Mais vous comprenez que les Français ont perdu la boussole ? » Yves Calvi.
Ce sont des questions ? Ou des provocations ?

Qui peut encore croire qu’en provoquant on obtient des réponses intéressantes ?

Pourtant de bonnes questions étaient possibles. Exemples :
– Monsieur le Président, sur 10, à combien estimez-vous les résultats de votre action politique ?
– Comment (vous) expliquez-vous alors le décrochage entre votre évaluation et l’opinion qu’expriment les Français dans les sondages ?
– Comment percevez-vous le risque d’un 21 avril en 2017 ? Quelle part de responsabilité acceptez-vous d’assumer aujourd’hui, dans le simple fait que cette hypothèse soit devenue une possibilité ?

Sacha Guitry disait : « vous me jugez sur mes réponses ? Si vous croyez que je ne vous juge pas sur vos questions ! »
Ne devrions-nous pas être aussi sévères et exigeants avec ceux qui posent les questions qu’avec ceux qui donnent la réponse ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Partagez cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0Email this to someone

2 réflexions au sujet de « Si les questions au Président avaient été pertinentes, aurait-il convaincu ? »

  1. Gache

    Merci pour cet éclairage, mais pour être pertinent il faudrait comparer ces questions fermées et affirmations, aux questions fermées et affirmations des autres présidents.
    Une fois repondu à cette question, vous aurez sans doute le début de la manière dont certains media manipulent l’opinion.

    Répondre
    1. Frédéric Falisse Auteur de l’article

      Bonjour,

      Quelle hypothèse sous tend votre idée de manipulation ?
      Pour ma part, pour manipuler il faut d’abord maîtriser l’art de la communication et pour les journalistes celui des questions. Or, quelques soient les interviews des grands médias, seulement 10 à 15% des questions sont ouvertes! Toutes les autres sont soit des questions fermées, soit des assertions/affirmations.
      Mon hypothèse à moi: même (surtout?) les journalistes vedettes ne maîtrisent absolument pas l’art des questions. Je vais rédigé un article ce jour, que je posterai sur mon blog fin de semaine.
      Bonne journée!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *